Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

RCA : les Anti-Balaka demandent la démission de Samba Panza, la mesure expire dans 48 heures... 


Rappel 02
«les traitements infligés aux leaders Anti-balaka arrêtés par Sangaris le mois dernier et détenu à la prison centrale de Ngaragba» à Bangui justifierait également cette décision extrême. «Il ressort de ces mêmes sources, que des traitements inhumains, des empoisonnements aux substances toxiques ont été pratiqués par les soldats Français et Burundais aux anti-Balaka, actuellement détenus à la maison d’arrêt de Bangui sur instruction des autorités de la transition et des autorités françaises» poursuit le communiqué. «Devant la gravité d’une telle situation, la Coordination nationale des opérations du groupe d’auto-défense et de résistance populaire donne 72 heures aux ministres Anti-Balaka de se retirer immédiatement du Gouvernement» précise le communiqué, suite à une réunion extraordinaire tenue dimanche soir. «Passé ce délai, le ministre qui se réclamerait d’une quelconque solidarité gouvernementale, ou de devoir de service, sera considéré non seulement comme l’ennemi du peuple, mais traité comme tel»

RCA : les Anti-Balaka demandent la démission de Samba Panza, la mesure expire dans 48 heures... Rappel 02 «les traitements infligés aux leaders Anti-balaka arrêtés par Sangaris le mois dernier et détenu à la prison centrale de Ngaragba» à Bangui justifierait également cette décision extrême. «Il ressort de ces mêmes sources, que des traitements inhumains, des empoisonnements aux substances toxiques ont été pratiqués par les soldats Français et Burundais aux anti-Balaka, actuellement détenus à la maison d’arrêt de Bangui sur instruction des autorités de la transition et des autorités françaises» poursuit le communiqué. «Devant la gravité d’une telle situation, la Coordination nationale des opérations du groupe d’auto-défense et de résistance populaire donne 72 heures aux ministres Anti-Balaka de se retirer immédiatement du Gouvernement» précise le communiqué, suite à une réunion extraordinaire tenue dimanche soir. «Passé ce délai, le ministre qui se réclamerait d’une quelconque solidarité gouvernementale, ou de devoir de service, sera considéré non seulement comme l’ennemi du peuple, mais traité comme tel»

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :