Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Une classe_pré primaire
Une classe_pré primaire

Au Gabon, l'éducation devient comme des églises "religion" affaire argent. Les écoles préscolaires ou pré primaires poussent comme des champignons de la Malaisie.

Une école pré primaire ou préscolaire au Gabon demande en moyenne

30.000 F CFA le mois soit 46 Euro. Avec un effectif en moyen par classe de 50 élèves dirigée par une ou deux maîtresses. Nous avons voulu savoir comment ces dernières sont traitées vis-à-vis de la sécurité et la santé sociale CNSS.

Sur 30 écoles pré primaires et pré scolaires visitées à Libreville la capitale du Gabon, aucune n'assure la sécurité sociale des employés, une maîtresse du Guide de nos enfants se confie à nous et nous dit <<Je suis ici depuis plus de 3 ans, pas de CNSS, pas de contrat d'embauche, pas d'assurance maladie, quand je tombe malade et que je viens pas au travail, mes journées sont coupées dans mon salaire... je vis celà depuis plus de 5 ans déjà. Vous voulez qu'on vous dise quoi? On fait avec rester à la maison n'est pas aussi une bonne chose pour nous mères de familles >>

Elle n'est pas la seule dans ce cas, à la Gential, Messange bleu, La réussite, les KIKINOUS, les Mwanas, les Merveilles, .... la liste est longue le constat est le même.

<< J'ai été licencie si je peux parler ainsi ou je travaillais d'abord sans même me donner un rond après 2 ans de service à mon école, le patron m'a juste dit d'arrêter... c'est tout>> nous dit une autre maîtresse.

la question est; comment des gens peuvent se valoir le mérité d'employer des humaines dans une activité qui pourtant génère plus centaine de millions le mois sans pourtant couvrir leur sécurité, santé et même leur retraite?

Comment ceci est-elle arrivée sans que des autorités n'agissent? la loi est-elle pour certaines personnes ou doivent elles aussi faire la grève comme celles du publique?

si oui pour quelle raison rentreront elles en grève si leur statut n'est nullement reconnu par la tutelle et par des autorités compétentes?

Nous espérons que ce texte portera atteinte aux plus hautes autorités pour agir en faveur des pauvres maîtres qui déjà ne gagnent pas grande chose si ce n'est que fatiguer leur mantale et physique au quotidien.

L'éducation dans le secteur privé n'est pas toujours dans les conditions favorables mais hélas, un pays ou les lois sont bafouées c'est un pays qui va à la dérive.

#VDebomame

Tag(s) : #Education, #Gabon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :