Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Mise en terre Mvé Ekoro

La Mort chez les Ekang (vulgairement appelé Fang) n'existe pas selon la projection de leurs valeurs originaires des Mvôkh. 

 

A la question qu'est ce que la mort?

Les Fang définissent la mort comme une ultime étape qui lie le vivant  aux ancêtres sinon au créateur après la vie. c'est la troisième vie chez Moñ'Ekang ou Fang si vous préférez.

Les Ekang sont un peuple Immortel et la génération d'aujourd'hui aspire à le devenir ontologiquement. 

Il est donc à noter que pour les Fang, la mort n'est qu'un changement de dimension donc les souvenirs 'Mvîn ou Ngoune' du défunt doivent être conservés avec précaution chez soi. c'est ce qui matérialise dans l'au-dela le lien de contact entre les vivants et le défunt.   

 

Comment vivre avec la mort?

La société aujourd'hui accord plus de crédit à la vie que la mort. Nos certitudes nous font croire que la mort ne frappe que les autres et ce qui est vieux mais lorsqu'elle prend celui qu'on pensait épargner, on se mut la conscience.

Chez les Fang aujourd'hui et près que dans toutes nos sociétés, la mort est évitée, rejetée rien n'est fait pour lui faire face et s'y préparer au contrairement c'est une grande erreur de notre part, une volonté qui va à l'encontre de la cohabitation ancestrale.

A l'époque, on dit en langue Fang kwa (lisez koua), de nos prédécesseurs la mort était constamment dans leurs pensées et cela contribuait à augmenter leur foi et leur piété. 

Vivre avec la mort n'est pas synonyme de s'éteindre demain au contraire cela aide à bien comprendre le soi, la vie aujourd’hui et mieux examiner ce qui adviendra lorsque le souffle de vie viendra à s'éteindre à jamais.

Prenons donc la mort au même titre que la vie

Pensons à la mort comme nous pensons au créateur dans ce sens qu'il existe pour nous et avec nous. Toute matière finit par mourir c'est le cycle de vie. la terre elle même finira par disparaître dans 5 milliards d'années

 

A la question, et si la mort nous surprend?

La mort ne peut surprendre Mon'Ekang enfant d'Engon zock Mebege Me Mba. A l'image de nos prédécesseurs, au moment que tu es en vie réjouis toi au coté de la mort, remémores toi pour éviter cette tragédie qui pourra effacer totalement ton Mvôkh.

L'arrivée de la mort annonce le début d'une autre mission donc une autre vie comme décrit en début de ce texte. La même manière nous acceptons de vivre, nous devons aussi accepter de mourir pour renaître et mieux revivre parmi les tiens. c'est le mystère de la réincarnation et de l'éternalisation   

Le mort n'est pas réductible à un simple cadavre, il poursuit une exigence individuelle, il mérite donc d'être honoré et d'être respecté. Et à cela, le retrait de deuil se voit être un moyen privilégié d'honorer et respecter la mémoire du défunt. 

Soyons plein de compassion dans nos familles, que celui qui n'est pas triste craint d'être parmi les gens de l'enfer car les gens du paradis sont heureux, nous étions cela dans nos familles avant la C I V I L I S A T I O N occidentale de nos jours.

 

Un conseil Ekang:

Nous sommes donc appelés à renouer avec nos us et coutumes, nous sommes invités à replonger dans nos traditions car dit-on: " Le retour du serviteur obéissant est comme celui de l'absent qui revient vers sa famille qui espère le revoir; et le retour du désobéissant est comme le retour de l'esclave fugitif vers son maître en colère" Latâ'if Al-Ma

 

Auteur: Venant Debomame

(c) Equipe Génération EKANG 

www.facebook.com/generationekang

 

 

Tag(s) : #Fang - Beti, #Leçons & Cours, #Ekang

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :