Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Messang Essabedzang

Un jour dans notre village Eldorado nommé Nkôo chez Ella Bengono Joseph ancien Maire de la commune de BITAM.

 

Tout était silencieux après une forte pluie comme celle de hier

Nous étions au corps de garde, pas Beaucoup

Seulement trois, Moi, Nsi et Megama

 

Megama vous ne le connaissez pas?

C'est celui qui prenait en mariage les femmes sans les doter

C'est celui qui prenait les clandos sans payer

C'est celui qui domestiquait les porcs épics. Il etait d une rigueur à couper le souffle.

Mais seulement est venu ce jour là où nous étions au corps de garde.

 

Au corps de garde de mon grand père défunt, Aka! É Pepa Nkôo ou OBIANG a construit sa somptueuse villa

Un brut retentit à la descente du village nkôo

C'est son élément qui arrive de ekohong quémander quelques bottes de tabacs, bañ. L élément s appelait Kadhafi

 

Kadhafi, c'est l'homme qui parlait un français académique et pourtant son niveau scolaire était du cours moyen d Ala Mimbang (primaire)

Il déroulait un français que depuis lors je cherche certains mots dans le nouveau Larousse

 

Au corps de garde, Nsi et moi étions deux jeunes

Encore que j'étais enfant, je veux dire moñ

Je braisais mon maïs sur la flamme du feu de midi le ventre balonné de l'huile de palme et de blocs de plantin pilé. Aka! Ékoan ye mboan

C'est l équivalent de la ratatouille aujourd'hui

Je veux dire que j étais calé comme une femme en ceinte à côté de son mari.

 

Nsi est le petit frère de Marie Thérèse la maman de medzô bouï

Medzô bouï c'est Malcom x, il s'appelle aussi énama OYONO de son vrai nom ou nguièm ngûine

Au corps de garde, le feu nous brule rien qu' aux tibias et mollets. Je regarde Nsi et Nsi me regarde. Kadhafi fait signe à Megama de le suivre à la maison. Pour le lui dire, c etait pas facile. Il tourne la langue plusieurs fois

Il dit "éh mòniê bàh faon akung à bong été"

Pour dire que le bañ c'est une affaire de grands et secret

 

Nsi me regarde je regarde nsi, puis il me dit "ton maïs se brûle moadjañ"

Je lui réponds on dit Moadzañ nous ne sommes pas chez tes oncles de la Guinée équatoriale ici.

Il me répond; tu connais trop

 

Mon maïs vient de cuire, je lui coupe un bout. C'est comme ça qu' on mange chez nous à nkôo. On appelle ça l'años. 

Je dis à Nsi, mais tu vas pas au désert bruler quelques bottes avec ton père...

Il me dit, quittons vite ici. Allons au zen nkièn

Je lui dis mais Martillo pourquoi ? Terminons de brouter notre maïs comme les vaches de Godo...

 

Godo c'est l'homme le plus riche de la contrée

C'est le grand père de Cathia Alene, le père de Assangone Ella et Marina Ella

Il m attrapé avec ses pinces et me tire fort

Nous voici à la descente vers le village MESSANG, le village de Terfio, Dessaille et Atoupe (l'abbé Juslain)

Il m a laissé les bleus sur les bras On dirait qu'il avait la scie circulaire quand il me saisit.

 

Soudain j'entend la voix mue de Megama qui appelle Nsi

Nsi, o ne vé? Ma dzò na o ne vé?

Nsi, tu es ou? Je dis hein ou es tu?

Dieu en haut mon frère Ella le riche en bas, je viens t enterrer vivant c'est moi Megama

 

Tellement sa voix résonnait comme la cloche de l Église dans mes oreilles. Je remblais seulement.

Nsi, que se passe t-il? Pourquoi il te cherche?Pourquoi ton papa veut te mettre deux pieds sous terre?

 

Hum hum hum... murmure t il

Hum hum hum... quoi tu ne parles plus?

J'ai fumé toutes ses bottes de bañ.

 

Kiéeeeeeeeeee

Imaginez la suite
 

Venant Debomame

Les chroniques de MESSANG

(c) Génération Ekang

Tag(s) : #Les chroniques de MESSANG

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :