Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Forêt chez les Ekang
Débroussaillage

La forêt en langue Fang se dit Afàn, cette partie de la forêt exploitée qui regroupe entres autres; Tsi (champ d'exploitation), Kunu (champ déjà cultivé) ... et enfin Ngom (jamais exploitée)

Chaque partie de la forêt, plante, faune, arbres, cours d'eau et tout ce qui y vit est une source de remède pour les Ekang. La femme, l'être la plus aimé et encadré, entretiennent une relation étroite avec la forêt. Cette relation va au-delà du domaine visible, elle est vitale car elle crée de l'équilibre et de l'harmonie. C'est pour cela qu'on dit que chaque femme possède une particule spirituelle.

Les Ekang sont les maîtres de la forêt, du ciel et de la terre, capables de communiquer avec les esprits qui y vivent sans avoir recours aux intermédiaires souvent.

La forêt est pour nous un hôpital ou l'on trouve la guérison de certaines maladies sans aller à l'hôpital des blancs. Jadis, on n'avait pas besoin de l'hôpital ni de la pharmacie, notre forêt était notre hôpital lorsque quelqu'une personne tombait malade, on essayait d'abord de prendre de l’herbe par ci et par là, Soit on la fait boire au malade, soit on la lui applique à froid, soit on la lui fait manger ou encore on la lui injecte.

Et si la maladie aggravait, c’était à ce moment qu'on fit recours à un spécialiste " Nguegañ", seul lui avait toutes les solutions possibles car il avait un degré de connaissance plus que le scanner d'aujourd'hui. Le Nguegañ lit l'intérieur de ton corps, voit la douleur, lit ton âme et dit ce qu'il faut  afin pour guérir le malade.

Dès l'âge de six ans, nous les jeunes étaient à l'école de la forêt, c'est l'école par excellence en pays Ekang, c'est dans la forêt que l'on enseigne la sapience, la médecine, la botanique ou la phitologie, agronomie ainsi que toutes les autres sciences.

C'est à partir de 8 ans que les enfants pouvaient aller à l'école du Blanc, la définition de l'école du blanc c'est : Apprendre comment ils opèrent les situations aux quotidiens, comment améliorer les nôtres si possible. mais hélas les jeunes, une fois diplômés, abandonnent leur culture au profil de celle importée.

La forêt du Grand Nord est très riche, c'est l'héritage qu' EYO, Dieu, a donné au deuxième plus grand peuple d'Afrique « #Ekang »

Lorsqu'on arrive au mois de juin qui marque le début des vacances "Oyone" grande saison sèche chez les Ekang, mon esprit n'est plus tranquille, je sens que mon village m'attire de plus en plus, je sens que les esprits de la forêt me réclament.

je ne veux alors qu'une chose, arriver dans mon village, quitter ma maison très tôt le matin pour une journée en contact avec le monde forêt, manger quelques feuillets crus, me frotter contre les sèves des écorces des arbres jadis laissés par mon grand père et ma grand-mère, entendre les bruits des feuilles mortes et des sifflements des oiseaux, le vent qui souffle sur les branches et caresse la végétation des ékorok (Jachère)...

"je veux être à l'aise et dans mon village et avec ma forêt." ce que doit dire chaque Ekang

 

 

Equipe GENERATION EKANG

Idée: Venant Debomame

Les chroniques de MESSANG

(c) 2018

 

Tag(s) : #Les chroniques de MESSANG, #Leçons & Cours

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :