Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le nouveau riche part 3

Le ciel était sombre ce jour là. Le silence régnait dans le village, seul les cris de douleur de NKOULOU retentissaient au loin. Les femmes pleuraient à chaude larmes dans leurs cases la torture était insupportable. "Maudit soit J. O ! cria Ada Nzue que son âme brûle éternellement en enfer !  ". 

NKOULOU était régulièrement suspendu pieds et poings menottés sur une barre de fer pendant de longues minutes. Les menottes rongeaient sa chair telle une gangrène. Autour de lui, sept gendarmes humectés de sueur rigolaient à chaque fois que NKOULOU pleurait de douleur. Le commandant écrasait ses mégots de cigarette sous la plante des pieds de NKOULOU qui se tordait suspendu comme un gibier à cette barre de fer.


Le commandant ordonna de faire descendre NKOULOU , Il soupira les yeux embués de larmes qui ne tardaient pas à couler  le long de ses joues comme un torrent entre les rochers. Ils changèrent de torture, cette fois-ci, on lui brancha des électrodes dans ses parties génitales NKOULOU souffrait le martyr à chaque décharge sur ses testicules.

Ne pouvant plus supporter ces longs jours de torture intense,  Le nouveau riche livra son trésor aux gendarmes. Ils transportèrent tous ses biens et même sa voiture que le commandant conduisait avec un grand sourire. Les gendarmes à l'arrière du véhicule, telle des pillards ouvraient les bouteilles de liqueur qu'ils buvaient chacun sa bouteille.

Le jour s'est levé NKOULOU est allongé à même le sol,  les pieds enflés, les poignets enflés par les menottes. Il crut vivre un cauchemar mais la réalité est là !  NKOULOU n'a plus un sous. Sa maison à été pillée par les gendarmes. Seuls les curieux du Village venaient lui rendre visite.

Les blessures ont guerri,  NKOULOU allait régulièrement s'asseoir devant chez J. O pour lui réclamer son argent. La faim au ventre,  Il allait aussi reclamer la monnaie qu'il avait laissée chez un boucher ou dans un supermarché. Parfois on lui crachait dessus NKOULOU est devenu un mendiant.

Pour survivre, NKOULOU allait cueillir des fruits pour les femmes du Village. Ces dernières lui donnaient une partie et un peu de sous pour s'acheter à boire ou à manger. Un jour il chuta du haut d'un arbre fruitier et se fractura le bassin. NKOULOU  souffrit pendant quelques années d'une infection due à sa chute. Agonisant sûr son lit,  Il dit à sa famille : "dites à J. O que je l'attend dans l'au delà il me doit mon argent. ".

NKOULOU rendit l'âme dans la nuit  et en matinée, MINKO le charpentier construisit son cerceuil. Dans l'après-midi, j'observais le cortège funèbre avancer à pas de tortue vers le cimetière familial. Nous accompagnions le nouveau riche à sa dernière demeure.

Tony BLONDO ODZAME ABAGA

"les chroniques de Bindoumessang "

(C) www.facebook.com/generationekang 

Tag(s) : #Bindoumessang

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :