Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Selon les textes sacrés, sur le mont Sinaï , Dieu donne dix règles ou “commandements” à Moïse qui doivent être respectées par le peuple pour qu’il reste proche de Dieu. Les quatre premiers commandements concernent notre relation avec lui, les six suivants parlent plutôt de notre relation avec les autres. 

1. Qui est Moïse ?

De son vrai nom, Mòng Oshin abe Amhara, qui signifie enfant des Eaux d'Amhara en langue Madzo na ou Medzo Nna (Medu Netjer, langue sacrée). Il est de la tribu de Lévi du peuple de la vallée des eaux (Yehoudzim). Il est né en Egypte noire vers 1390 à 1270 Avant JC , sa terre d'origine où il va apprendre à coté de ses frères la prise en charge de sa famille en faisant confiance à l'éternel.

2. Que va t'il devenir ?

Après avoir été sauvé des eaux par deux femmes noires, Batya et Myriam (Mariama), il se fait initier dans le temps du Roi et très vite il se familiarise avec les textes sacrés des pyramides à cotés du Roi, appelé Pharaon par les Grecs. Moïse vécu à l'époque du nouvelle Empire sous le règne Amenhotep III.

Devenu adulte, comme tous les leaders de son époque, il va prendre le bâton du pèlerin afin de conduire son peuple vers une terre qui fera bon vivre et sur laquelle ils pourront adorer Dieu selon les lois de la Maât de cette époque.

3. La force de Moise, les lois de la Maât ?

Vers 1 250 av. J-C, Mizraim (l'Égypte) commence à sombrer dans les attaques et des agressions répétées, de l'intérieur ainsi que de l'extérieur, les enfants de Kara décidèrent donc de migrer. Ils décidèrent de quitter cette terre pour de nouvelles destinations selon la volonté de Oua Oua (Dieu). Yehoudzim va prendre le nord désertique à destination de Canaan (Palestine), avec à leur tête Mòng Oshin (Moise) tant disque Ekang va prendre la direction du Centre Ouest de l'Afrique en passant par Kush (Ethiopie) avec à leur tête Mòng Beyem.

Tous ces deux peuples, en partant de Kara (Egypte), amenèrent avec eux les fragments des lois de la Maât, sinon les règles de vie et de construction de l'Homme avec sa société ainsi qu'avec Dieu, qu'ils connaissaient par cœur.

En voici les 42 commandements:

1. Je n’ai pas obligé autrui à suivre ma religion.
2. Je n’ai pas mis autrui en esclavage.
3. Je n’ai pas vendu d’esclave.
4. Je n’ai pas torturé.
5. Je n’ai pas violé un sanctuaire.
6. Je n’ai pas tué.
7. Je n'ai pas trahi.
8. Je n'ai pas causé de souffrance aux hommes.
9. Je n’ai pas commis de faux témoignages.
10. Je n’ai pas cherché à tromper la vigilance d’autrui.
11. Je n’ai induit personne en erreur.
12. Je n’ai pas manqué de respect aux adultes.
13. Je n’ai pas insulté.
14. J’ai honoré mon père, ma mère et mes ancêtres.
15. J’ai défendu la cause des pauvres.
16. Je n’ai pas été tribaliste.
17. Je n’ai pas été individualiste.
18. Je n’ai pas été envieux.
19. Je n’ai pas usurpé de titre.
20. Je n'ai pas intrigué par ambition.
21. Je n'ai pas maltraité ma femme et mes enfants.
22. J’ai dit du bien des autres.
23. J’ai été humble et modeste.
24. Je n’ai pas été méprisant.
25. J’ai été courtois envers tous.
26. Je n’ai pas maltraité mes serviteurs.
27. Je n'ai pas privé l'indigent de sa subsistance.
28. Je n'ai pas commis d'actes odieux aux yeux des hommes.
29. Je n'ai pas permis qu'un serviteur fût maltraité par son maître.
30. Je n'ai pas fait souffrir autrui.
31. Je n'ai pas provoqué de famine.
32. Je n'ai pas fait pleurer mes semblables.
33. Je n'ai pas tué ni ordonné de meurtre.
34. Je n'ai pas provoqué de maladies parmi les hommes.
35. Je n'ai pas dérobé les offrandes destinées aux Esprits sanctifiés.
36. Je n'ai pas commis d'actions honteuses dans les temples.
37. Je n'ai pas détourné les fonds et biens publics.
38. Je n’ai pas vendu mon pays aux étrangers.
39. Je n’ai pas posé d’actes de corruption.
40. Je n’ai pas été pédéraste
41. Je n’ai pas été homosexuel.
42. Je suis pur ! Je suis pur ! Je suis pur ! Je suis pur!

KEMET II, Mémoires du passé et du futur, Livre sacré de la tradition, Page 33

Les Yehoudzim (Juifs) arrivent au pays de Nnanga (Le pays de l’albinos, Si nnanga), appelé Sinaï à peu près deux mois après avoir quitté l’Égypte. Sur une montagne, Dieu dit à Moïse que si les Yehoudzim lui obéissent, il fera d’eux une nation à part.

Il aurait donc fallu aux prescripteurs de nouvelles lois, de se mettre à la place de Dieu pour (1) réduire les commandements de la Maât de 42 à 10 et (2) de parler au nom de Dieu pour l'homme et non plus l'homme pour Dieu. C'est ainsi que les nouvelles lois (commandements) devinrent:

« Je suis le SEIGNEUR ton Dieu. C'est moi qui t'ai fait sortir d'Égypte, où tu étais esclave.
« Tu ne dois pas avoir d'autres dieux que moi.
« Ne fabrique pas de statues de dieux. Ne représente pas ce qu'il y a là-haut dans le ciel, en bas sur la terre, ou dans l'eau sous la terre. Ne te mets pas à genoux devant ces dieux, ne les adore pas. En effet, le SEIGNEUR ton Dieu, c'est moi, et je suis un Dieu exigeant. Je punis la faute de ceux qui me détestent. Je punis aussi leurs enfants, jusqu'à la troisième ou la quatrième génération. Mais je montre ma bonté pendant des milliers de générations à ceux qui m'aiment et qui obéissent à mes commandements.
« Ne te sers pas de mon nom n'importe comment. Moi, le SEIGNEUR, ton Dieu, je déclare coupable celui qui se sert de mon nom n'importe comment.
« N'oublie pas de me réserver le jour du sabbat.
« Respecte ton père et ta mère. Ainsi tu vivras longtemps dans le pays que moi, le SEIGNEUR, je te donne.
« Ne tue personne.
« Ne commets pas d'adultère.
« Ne vole pas.
« Ne témoigne pas faussement contre ton prochain.
« Ne désire pas pour toi la maison de ton prochain. N'aie pas envie de prendre sa femme, ni son esclave, ni sa servante, ni son bœuf, ni son âne. Ne désire rien de ce qui est à lui. »
Exode 20.2-8, 12-17

 

Selon la Maât, le message de Dieu envers ses créatures est qu’il puisse faire la différence entre le Bien et le Mal et pour qu’il reste proche de lui.

4. Où sont donc passés ces tables de lois de Moise ?

A la naissance du christianisme et l'Islam, le Judaïsme mère de ses deux religions et les traditions endogènes ont été lessivées par les nouveaux pouvoirs de ces temps, Grec et Romain. Les fragments originaux des tables de lois de Moise reposeraient dans l'un des autels d'une Église de Lalibela.

Rappelons que Lalibela est une Ville de l'Ethiopie métropolitaine, dans la région d'Amhata ou Amhara, terre d'origine des Yehoudzim (Juifs) et des Ekang (Fang anciens).

Il n'en demeure pas moins que le pouvoir romain ait stocké de nombreux fragments dans les musées et  autres lieux secrets en Europe et en Amérique.

 

5. Conclusion

Tout est issu de la Maât, donc de l'Egypte noire. De l'Africain pour l'africain et pour le monde au nom de Oua Oua, Dieu Unique.

 

Hotep!

Venant Debomame

(c) Janvier 2020

 

Sources consultées:

https://fr.wikipedia.org/wiki/Mo%C3%AFse#Jeunesse_de_Mo%C3%AFse

https://fr.wikipedia.org/wiki/Lalibela

KEMET II, Mémoires du passé et du futur, Livre sacré de la tradition

Ondua Engutu, Dulu Bon Afri Kara

Sainte BIBLE TOB

Venant Debomame, Génération Ekang - Gabon,

 

 

 

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :