Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

" Aidé les Africains à sortir de l'impasse de la France et ses alliés" C’est en résumé, la grande idée qui aura marqué la journée de travail du président Paul Biya avec son homologue Chinois Hu Jintao

 

Des accords d’assistance chinoise pour 43 milliards de FCFA
Le président Paul Biya du Cameroun a entamé ce jeudi 21 juillet 2011, la deuxième journée de son cinquième voyage officiel en Chine. La délégation camerounaise a été reçue mercredi par le président chinois Hu Jintao. Les deux hommes d’Etat sont convenus que le quarantième anniversaire des relations entre leurs deux pays respectifs, devrait marquer un tournant, et devenir le point de départ pour de nouvelles bases. Trois axes de renforcement ont été évoqués. Consolider les relations diplomatiques et politiques. L’objectif ici est d’élargir le consensus, sur les questions liées aux changements climatiques, la sécurité alimentaire, la réduction de la pauvreté et la sauvegarde des droits et intérêts légitimes des pays en développement. Un discours fort de signification. On peut y voir un message à l’endroit des certaines puissances occidentales, qui se sont vues parfois reprochées des faits d’ingérences dans les affaires internes de certains pays africains.

 

                                                                  © zuedebomame

Le président Paul Biya et son homologue Hu Jintao

Le deuxième axe d’amélioration concerne l’approfondissement de la coopération économique et commerciale. Les deux dirigeants ont marqué leur volonté d’améliorer les différents mécanismes de coopération économique et commerciale. Il est question de faire jouer pleinement son rôle à la commission mixte bilatérale économique et commerciale. L’idée avancée est de mettre en place un cadre planifié dont l’objectif sera de renforcer les gains de la coopération. Le dernier point évoqué était celui du renforcement des échanges culturels. Les deux parties se sont résolues à promouvoir davantage l'amitié traditionnelle, élargir la culture, les échanges d'enseignement, la formation des ressources humaines, la santé et le tourisme. Point culminant de cette nouvelle amorce, près de sept accords ont été signés avec le gouvernement de Beijin. Mais en fait d’accords économiques, il a été question essentiellement de dons, prêts sans intérêts et crédits concessionnels de la partie chinoise au Cameroun, pour un montant d’un peu plus de 44 milliards de FCFA. L’amélioration des services postaux détient la plus grosse enveloppe, avec plus de deux tiers des accords de financement obtenus. Un nouveau protocole d’accord (2011-2014) a été signé, en même temps qu’un accord visant à faciliter les voyages touristiques des groupes chinois vers le Cameroun.

b Symbiose politique, coopération économique à examiner]
C’est finalement un résultat économique bien maigre pour le Cameroun, au regard de l’importante délégation d’acteurs économiques qui a fait le déplacement. Le Cameroun selon des observateurs, n’avait pas besoin de la Chine pour collecter 43 milliards de FCFA, au regard du succès enregistré par son premier emprunt obligataire. Les Chinois se disent prêts à soutenir le projet camerounais de devenir un pays émergent sur la base du développement durable. Même si les proches du pouvoir ont présenté cela comme un véritable succès et une preuve de l’envergure diplomatique du président Biya, il reste constant que de nombreuses données restent inconnues dans cette coopération économique avec la Chine.

 

                                                   © zuedebomame
La revue des troupes des deux présidents

La notion de prêts sans conditions n’est pas souvent très bien expliquée. Les rapidités de décaissement de l’appui au développement par la Chine invitent à des réflexions supplémentaires sur la quête des objectifs d’un développement durable. Le fait est là, le déficit commercial en défaveur du Cameroun est aujourd’hui de deux fois supérieur au volume global des exportations vers la Chine, en valeur brute. Si on tient compte du fait que la plupart des produits exportés sont des matières premières, le manque à gagner peut être multiplié par cinq. D’où la question des experts de savoir qu’est-ce qui va être renforcé?

Sur le plan politique, le voyage a connu de meilleurs résultats des deux côté. D’une façon ou d’une autre, le président camerounais a admis le principe d’une Chine unique, mais aussi le principe d’une Chine Porte parole des pays du tiers monde. «Sur le plan international le Cameroun et la Chine ont une large convergence de vues. «Nos deux gouvernements attachent une grande importance aux principes et valeurs tels que le règlement pacifique des conflits, la non-ingérence dans les affaires intérieures des Etats et le respect de leur intégrité territoriale.» C’est d’ailleurs en vertu de ces principes que le Cameroun soutient la politique «d’une seule Chine», a déclaré le président Paul Biya. Le président camerounais devrait avoir rencontré le premier ministre Chinois Wen Jiabao ce jour. Il conclura son voyage demain avec la visite d’une ville portuaire.

 

A rappeler, ce sont des Chinois qui ont gagné le marché de construction du port en eau profonde de Kribi dans le littoral sud du Cameroun.

voilà des gens qui nous apportent tout ce que nous voulons malgré leurs comportements, les africains au moment venu s'adapteront à ses nouveaux invités et tourneront le dos au Blancos.


Tag(s) : #Afrique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :