Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 
Des deux candidates, la première bénéficie du soutien de l’ambassade des Etats-Unis au Cameroun. Elle a reçu le prix du leadership féminin, 2011 (The 2011vital voices global leadership awards). C’était le 14 mai 2011 à Washington, pour ses propositions au changement des conditions d’existence des camerounais. Le 30 avril 2011, lors de son congrès extraordinaire, le Cameroon People's Party a investi Kah Walla comme candidate à la présidentielle d'octobre 2011. Candidature qu’elle avait officiellement annoncée le 23 octobre 2010 après son départ du Social Democratic Front.

Kah Walla : la candidate révolutionnaire

Elle vous aborde toujours avec un sourire aussi large que sa coiffe, qui laisse s’échapper des bouts de nattes nouées au-dessus de la tête. Mais aujourd’hui, Edith Kahbang Walla n’a plus qu’un objectif : convaincre un électorat exigeant. Du haut de son 1,62 m, cette femme de 46 ans qu'on surnomme Kah Walla, célibataire et sans enfant, brigue désormais la succession de Paul Biya. Rien de moins. À peine investie le 30 avril dernier par le Cameroon People’s Party (CPP), créé en 1991 par le Pr. Samuel Fon Tita, Kah Walla a entrepris une tournée de mobilisation nationale en commençant par les trois régions septentrionales du pays. Son slogan de campagne : « The time is now », « le moment est venu » - résume à lui seul toute l'assurance de cette ambitieuse femme. A 45 ans, cette chef d’entreprise est une africaine reconnue au niveau international pour son expertise en management, sa maîtrise des questions de développement et ses prises de position ferme pour l’Afrique, ses femmes et ses jeunes.

Reconnue en 2008 par la Banque Mondiale comme l’une des 7 femmetoundies chefs d’entreprise. Kah Walla a réussi en 15 ans à développer une expertise 100% africaine dans le conseil en management au niveau international. Son entreprise apporte du conseil à des multinationales comme Shell, Standard Chartered Bank et ExxonMobil, et des organismes de développement que sont la Banque Mondiale, les Nations Unies, le Parlement Panafricain et la Coopération Allemande.

Qu’il s’agisse de la stratégie économique, la décentralisation, la reforme du milieu des affaires, l’inclusion des jeunes et des femmes au niveau social, économique et politique, la création d’emplois, ou le leadership du Cameroun dans la sous-région Afrique Centrale ; les solutions que propose Kah Walla s’inspirent très clairement de ses 25 ans de carrière dans ces domaines, de son réseau mondial sur les questions de développement et de son expérience sur le terrain national.

 

La base

Kah Walla a un seul mot à la bouche. Retourner à la base, donner la parole à la base, identifier les intérêts de la base, axer les politiques et stratégies sur les besoins de la base. Et elle y est. Depuis plus de 20 ans, Kah Walla travaille avec les actrices et acteurs de la société civile camerounaise et africaine. Pour aider cette base à s’organiser, à défendre ses intérêts et avoir une voix dans la définition et la mise en œuvre des politiques au niveau national, Kah Walla créée Cameroon Ô’Bosso. Un mouvement citoyen dont les revendications pour la reforme électorale au Cameroun, l’appel à l’inscription massive des Camerounais sur les listes électorales sont au cœur du débat politique.

En 2007, en tant que Vice Présidente de l’American Business Association (devenue la Chambre Américaine de Commerce), elle œuvre pour l’amélioration de l’environnement des affaires au Cameroun et à ce titre, initie des actions de lobbying auprès du gouvernement.

Le 22 septembre 2009, elle est reconnue par le Clinton Global Initiative pour le travail effectué avec plus de 500 commerçantes du Marché Sandaga à Douala en vue de renforcer leur capacité en entrepreneuriat et la défense de leurs droits en tant qu’actrice économique.

Rentrée au Cameroun dans les années chaudes du retour au multipartisme, Kah Walla se met immédiatement du côté de ceux qui œuvrent pour le changement. En 1990 elle est membre d’un groupe de la société civile qui décide de soutenir la candidature de John Fru Ndi à la présidence de la République et devient rapidement l’une des personnes qui conseille et forme les leaders du Social Democratic Front (SDF). Ce soutien continuera jusqu’à son entrée dans le Sdf en mars 2007. Kah Walla apporte au plus grand parti de l’opposition camerounaise, une bouffée d’énergie nouvelle. Une approche stratégique et méthodique de la politique : nouvelles technologies, stratégies marketing, communication professionnelle.

En 2009, le comité exécutif national du SDF l’a bien compris et lui confie le portefeuille sensible de Présidente de la Commission de Stratégie du parti. Elle propose une refondation interne. En octobre 2010, suite à une divergence sur l’approche stratégique des élections de 2011 et le principe clé d’inscriptions sur les listes électorales, Kah Walla démissionne du SDF.

Fille d’un couple de fonctionnaires, Kah Walla est née en 1965 dans un hôpital d’Ibadan au Nigeria, où sa mère Grace Ebako Walla s’était rendue pour des raisons de santé. Par la suite, elle fait un cycle primaire à l’école américaine de Yaoundé, passe par le lycée de Bouaké en Côte d’Ivoire avant d'entreprendre des études de management à Howard University (États-Unis), où elle obtient un MBA.

Femme d’affluence et proche du peuple, ses partisans décrivent une femme généreuse et travailleuse. Ces arguments compteront-ils pour la hisser à la magistrature suprême ? Les mois qui viennent nous le diront.

Biya n'a pas toujour dit son dernier mot, que sera sa postion alors après le vent de révolution qui secoue le monde Arabe? wait and see

Tag(s) : #Afrique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :