Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

A l’issue d’une plainte du club gabonais Union sportive de Bitam (USB) auprès de la Confédération africaine de football (CAF) pour le mauvais traitement infligé à ses joueurs lors du match retour comptant pour les 16e de finale de la ligue des champions africaine de football, le Club Enyimba du Nigéria a été condamné à verser une amande de 20.000$ (près de 10 millions de francs CFA) et a reçu un dernier avertissement pour sécurité insuffisante en son stade sise dans la ville d’Aba.
 
© D.R / Le club gabonais Union sportive de Bitam (USB).
 
Suite à la plainte contre le club Enyimba du Nigéria déposée par le club gabonais auprès de la Confédération africaine de football (CAF) pour mauvais traitement infligé à ses joueurs, le club nigérien a écopé, le 19 avril dernier, d’une amande de près de 10 millions de francs CFA et a reçu un dernier avertissement pour sécurité insuffisante en son stade dans la ville d’Aba.

Au terme d’une rencontre émaillée d’incidents, l’Union sportive de Bitam (USB) a été sortie des 16e de finale de la ligue des champions africaine, suite à sa défaite (2-1) le week-end dernier à Abuja (Nigeria) face à Enyimba. Le club gabonais a donc été logiquement éliminé de la compétition. Mais, la rencontre était émaillée de graves incidents.

Selon les témoignages concordants des membres du staff technique et de l’encadrement, l’USB ont vécu un véritable calvaire en terre nigériane. «C’était horrible. La caméra du cadreur de la RTG (Radiotélévision gabonaise) a été arrachée alors qu’il filmait le match depuis la tribune officielle. Il a été agressé à un mètre du gouverneur de l’Etat qui n’a pas bronché», a déploré président actif de l’USB, Magloire Ndemezo’Obiang.

Une situation qui a conduit les dirigeants du club gabonais à saisir la Confédération africaine de football (CAF). «Nous avons rédigé des réserves. Nous les avons adressées à la CAF», a conclu André Bertrand Ombago qui devrait trouver une relative satisfaction en ce que la CAF ait tenu compte desdites réserves et requis une sanction. 

L’année dernière, les joueurs de la formation de l’AS Vita club de Kinshasa, capitale de la République démocratique du Congo (RDC), ont été également molestés à Aba stadium, en Coupe de la CAF. L’instance du football africain n’avait donné aucune suite à la requête introduite par les responsables sportifs congolais.
Tag(s) : #Afrique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :