Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

QUI DESTABILISE LE POUVOIR D’ALI BONGO ?


Le diable n’est toujours pas là où l’on croit qu’il se trouve, c’est-à-dire du côté de l’opposition à Ali Bongo regroupée au sein du CCPA. Il n’est que d’observer le comportement d’un certain nombre d’institutions pour s’en convaincre. Il s’agit des membres du gouvernement, du pdg, des courtisans, et d’une certaine élite, le tout relayé par les médias de l’Etat.

Ali Bongo prétend qu’il a été élu à l’élection présidentielle du 30 août 2009, sur un projet qu’il a surnommé « faire du Gabon un pays émergent ».

Aussi ses principaux lieutenants contrôlent la totalité des institutions, tous les postes de responsabilité de l’administration de l'Etat et de l’armée, et tous les médias publics. Ils ont été rejoints par des anciens opposants qui ont vite fait d’abdiquer afin de survivre, il s’agit de Paul Mba Abessole et de Pierre Mamboundou.

Tous ceux qui ont soutenu un candidat de l’opposition CPPA, sont ébranlés par la perte du pouvoir de leurs candidats, et n'ont plus les moyens pour survivre pense Ali Bongo.

Pourtant, en écoutant ces subordonnés d'Ali Bongo, on observe que son régime n’a pas changé la façon de gérer le Gabon.

Ces groupes d’acteurs s'organisent pour pousser les gabonais à se révolter contre le nouveau régime.


C'est une méthode connue depuis la création du PDG qui consiste à utiliser les effets d’annonce, les slogans, pour affaiblir le régime.


Ce qui se passe en ce moment est un signe annonciateur du travail d'intoxication au maximum pour enlaidir l'image d'Ali Bongo qui a aujourd'hui en main les manettes du pouvoir d'Etat.

Tous récitent en cœur et veulent obliger les gabonais à mémoriser le slogan «pour faire du Gabon un pays émergent ».

Que vise-t-on en continuant de diffuser à tue-tête ce slogan?

Suffit-il de le réciter comme un perroquet pour que le Gabon devienne subitement émergent?

Cette méthode a bien marché depuis 1968, année de l'ouverture de l'espace politique gabonais au monopartisme et à la dictature avec les résultats que l'on sait: un pays non rénové, et une absence de progressisme parce que non démocratique et non concerté.

On se rappelle ces tristes jours où le PDG a imposé de chanter « Bongo l’a dit dans son petit libre vert… chantons le Gabon nouveau » et l’a déversé dans les seuls médias de l’époque la RTG radio et télévision, obligeant la population à chanter les louanges du petit timonier gabonais.

Aussi, ne faudrait-il pas perdre de vue que le PDG ne prospère que dans la manipulation et dans l'intoxication. Il l'a maintes fois démontré.


Tous ces acteurs qui n’ont cette expression « pour faire du Gabon un pays émergent » n’ont-ils pas subi un lavage de cerveau et ne sont-ils pas devenus de véritables zombies, des machines à tuer Ali Bongo et son régime?


C'est dire combien il est facile de conditionner les affidés.

Avec ce slogan qui ne restera qu’un vœu pieux, tous ces acteurs réunis sont une véritable bombe qui va allumer le front social, lequel va à son tour acculer de toutes parts le régime d’Ali Bongo, et quand ce régime essoufflé montrera des signes d'affaiblissement, alors seulement il serait réduit à rien et tombera comme un simple château de cartes.

N'ayant pas compris cela, Ali ne savait pas encore qui veut déstabiliser son régime.


Le voilà enfin servi.

PETIT-LAMBERT OVONO
Tag(s) : #Politique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :