Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

«Si la perte de ma vie peut contribuer à démonter aux yeux du monde que le Gabon, mon pays est confisqué par la France, je descendrais heureux dans ma tombe. Je fais don de ma vie pour la libération de mon pays le Gabon, Me teghe iyang nto'o ma wou!!!». Telle est la profession de foi de Roland Désiré Aba’a, membre du Conseil économique et social (CES), en grève de la faim depuis le 14 juillet, d’abord à l’entrée du carrefour Camp de Gaulle puis sur la Place de l’Indépendance à Libreville, pour «demander la liberté du Gabon vis-à-vis de la France», qu’il résume en trois exigences. Dans l’interview ci-après, le porte-parole du gréviste déjà affaibli revient sur les motivations de cet acte, qui n’a toujours pas suscité de réaction de la part des autorités gabonaises et françaises.
 
Quelles sont les raisons qui poussent monsieur Roland Désiré Aba’a à entamer une grève de la faim ?

Il faut dire que le compatriote Roland Désiré Aba’a a été au contact d’un certain nombre de réalités qui l’ont révolté et suite à cela, il a décidé d’observer cette grève illimitée de la faim pour demander la liberté du Gabon vis-à-vis de la France que l’on résume en trois exigences. À savoir, la réparation du préjudice causé par la France sur le Gabon. Et monsieur Désiré Aba’a pense que ce préjudice peut être réparé en annulant totalement la dette extérieure du Gabon vis-à-vis de la France.

La deuxième exigence est le démantèlement de toutes les bases militaires françaises au Gabon. Car, pour lui, le Gabon est une nation souveraine et indépendante. La présence d’une armée étrangère ne se justifie pas.

Et la troisième exigence est la renégociation des accords qui nous lient à la République française. Accords qui, sur son volet économique, donnent une part de lion à hauteur de 96,2 % des revenus du sous sol gabonais à la France, 4,5% au président de la République gabonaise et 0,3% au Gabon. Il a été révolté de constater cette répartition, cette injustice. La France qui, pour nous et aux yeux de la communauté internationale, se prévaut d’être un pays de liberté, d’égalité, un pays de droits de l’homme, ne peut pas s’illustrer dans une telle injustice. Voila essentiellement ce qui justifie la grève de la faim illimité du compatriote.

Cela étant, parmi les trois exigences que nous mettons sur orbite, seul le deuxième volet parle de renégociation. C’est qu’il y a des questions ouvertes sur lesquelles on peut effectivement négocier ; par exemple, la répartition des revenus du sous sol gabonais. Par contre, la question concernant la dette est non négociable tout comme celle concernant le démantèlement des bases militaires françaises au Gabon.

D’aucuns disent que le mouvement de grève de faim illimité entamé par Roland Désiré Aba’a visait à protester contre l’arrivée de monsieur François Fillon au Gabon. Pourtant, ce dernier est arrivé. Il a bel et bien été reçu par le président Ali Bongo. On serait tenté de dire que l’action de monsieur Roland Désiré Aba’a s’apparente à un coup d’épée dans l’eau…

Le mouvement entamé par le patriote n’a rien à voir, de près ou de loin, avec l’arrivée de François Fillon. Cela n’a été qu’une coïncidence pour certains, heureuse et pour d’autres, malheureuse. Le patriote a choisi la date butoir du 14 juillet qui symbolise la fête nationale de la France pour contester effectivement les pratiques de cette France vis-à-vis de la Nation gabonaise.

C’est donc au carrefour du Camp de Gaulle qu’il a démarré son mouvement en donnant un point presse et, après cette initiative, il s’est rabattu ici même à la Place de l’Indépendance pour revêtir son action de tous les symboles que vous observez. Cela n’a rien à voir avec l’arrivée de monsieur Fillon.

Quelle a été l’attitude des autorités gabonaises vis-à-vis des revendications qui ont poussé Roland Désiré Aba’a à faire une grève de la faim ? Ont-ils cherché à vous rencontrer pour négocier ?

Il faut dire que le mouvement a démarré le 14 juillet, aujourd’hui cela fait 5 jours et de façon officielle, nous n’avons reçu aucune visite des autorités gabonaises, encore moins celle des autorités françaises. Il faut noter que les revendications sont adressées officiellement à la partie française, car c’est elle qui est interpellée et mise en cause ici.
Ce geste vient une fois montrer la deception des peuples africains vis à vis de la France leur colonisateur
la france pousse à la révolte, au racisme, à la xénéphobie des populations entre eux, ca assez durer et le moment est venu pour que nos etats et nos esprits soient Libérés..
© zuedebomame / Roland Désiré Aba’a, sur le place de l'Indépendance, le 18 juillet à Libreville.
 
Tag(s) : #Gabon

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :