Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

 

Photo d'archive : une patrouille de l'armée guinéenne dans une banlieue proche de Conakry, le 18 novembre 2010.
Photo d'archive : une patrouille de l'armée guinéenne dans une banlieue proche de Conakry

Des tirs nourris ont été entendus pendant près de trois heures ce mardi 19 juillet 2011 au matin dans le quartier de la résidence du président guinéen Alpha Condé à Conakry. Selon la radio d'Etat guinéenne, la résidence aurait été touchée par une roquette. François Fall, ministre-secrétaire général de la présidence, a déclaré que le président Condé était «sain et sauf». Alpha Condé qui s'est exprimé dans la matinée appelant au calme et à la vigilance. Les combats auraient fait un mort.


Ce sont des tirs à l’arme lourde et automatique, que les habitants du quartier de Kipé ont entendu une bonne partie de la nuit. C’est aussi dans ce secteur que se trouve la résidence privée du président guinéen Alpha Condé, qui selon des témoins, a été touché par une roquette.

Le président qui s'est exprimé dans la matinée appelant au Calme et à la vigilance « Je ne veux pas de réaction populaire, ni de réaction contre qui se soit, laissez l’armée et les forces de l’ordre faire leur travail ».


Alpha Condé était chez lui, lorsque son domicile a été touché par des tirs en provenance de personnes non encore identifiées. Selon un officiel guinéen, Alpha Condé est sain et sauf. Des officiels guinéens joints au téléphone par RFI, n’ont pas souhaité s’exprimer pour le moment.


Le quartier reste bouclé par des militaires de la garde présidentielle et par des gendarmes qui filtrent tous les passages. Des barrages militaires ont été également érigés dans le secteur du pont dit « 8 Novembre », à l’entrée de la presqu’île du Kaloum, le quartier administratif et des affaires de la capitale guinéenne.

Conséquence : l’administration guinéenne reste fortement perturbée ce matin, et quelques stations services n’ont pas ouvert. Des tirs ont même été entendus dans les alentours du camp Samori Touré, siège de l’état major général des armées et du ministère de la Défense.


Ce regain de tension dans la capitale guinéenne intervient près de sept mois après la prise de fonction, le 21 décembre 2010, d'Alpha Condé, premier président démocratiquement élu de Guinée dont l'une des premières tâches a été de mettre en place une réforme du secteur de la défense et de sécurité.

L'histoire de la Guinée a été marquée par des coups d'Etat et tentatives de coups d'Etat militaires, le dernier en date ayant porté au pouvoir en décembre 2008 le capitaine Moussa Dadis Camara, renversé un an plus tard.

C'est ensuite un régime de transition dirigé par un autre militaire, le général Sékouba Konaté, qui a dirigé le pays jusqu'à l'organisation d'une élection présidentielle en 2010 remportée par Alpha Condé au deuxième tour en novembre face à Cellou Dalein Diallo qui avait accepté sa défaite.


Le 2 juillet, le colonel Moussa Keita, ancien secrétaire permanent du CNDD (Conseil national pour la démocratie et le développement), aile politique de la junte militaire de Moussa Dadis Camara dont il était très proche, avait été arrêté en pleine rue à Conakry.

Il est depuis détenu « dans un lieu tenu secret et inaccessible à sa famille » selon la Coordination des organisations de défense des droits humains (CODDH).

Avant son arrestation, le colonel Keita avait fait des déclarations à la presse sur la gestion du régime de transition du général Konaté, affirmant en particulier que ce dernier avait détourné plus de 20 millions de dollars.

 

Cette situation nous ramène encore à plus de 30 ans en arrière, si le peuple Guinéen pouvais au moins tourner leur servelle pour le dévéloppement "intellectuel" de leur Etat.

Alpha Condé

Président de la Guinée.

Peuple de Guinée, je vous appelle au calme.

 

19/07/2011 par RFI

Tag(s) : #Afrique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :