Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

LeZouglouest un genre musical populaire et urbain né enCôte d'Ivoire. Il relate les réalités sociales diverses vécues par la jeunesse ivoirienne et porte tantôt des messages humouristiques, tantôt des messages politiques, ou, bien plus souvent, explique l'école de la vie à travers des conseils sages et avisés.

Sa philosophie est basée sur la culture de l’amour vrai, de l’amitié, de la fraternité et prône l'idéal de la justice et de la paix.

Le Zouglou est également connu sous le nom deWôyôet lorsqu'il pratiqué en acoustique ou en live, sous le nom d'Ambiance Facile.

Sommaire

 [masquer]

Histoire[modifier]

L’histoire du Zouglou remonte à l’année scolaire 1984-1985, voire 1986, au Lycée Moderne de Gagnoa ouChristian GogouaaliasJoe Christya initié des pas inhabituels de danse. C’est donc cette expression chorégraphique que son cousinSerge Bruno PorquetaliasOpokou N'Tia amélioré et nommé «Zouglou».

L’origine de la « philosophie zougloutique »[modifier]

Christian Gogoua et Serge Bruno Porquet se retrouvent à la cité universitaire de Yopougon en 1988 (Porquet étant à la Cité de Port Bouet III avant celle de Yopougon)

Un noyau se crée autour des 2 amis ; FEU ZAMBLE GUY MORO (WATSON), WAKOUBE MEDARD (Waka), BRICE BASTOS (Le Togolo ZANGBETO), DIAGOU EDMON (Don Diego De Messania), ANGAMA GEORGE (Little George), THEODORE KOUASSI (EN VLOUGBOUS) , BAKARY OUADRAOGO (L’enfant Esprit), CESAR OULAI (Gnrin Cobaye), JULIEN GNANZOU (Patsy en Gouly), MOSES DJENKO etc. C’est ce noyau d’étudiants qui se retrouvait régulièrement à Marne la Coquette (la chambre d’étudiant de Bastos) et surtout au « Café de la Cité » pour communier, pour exprimer une solidarité estudiantine, une fraternité dans un univers estudiantin avec ses réalités, avec un langage que seuls les initiés pouvaient comprendre, et des pas de danse sous la musique de Celico et d’autres artistes ivoiriens de l’époque. Il manquait donc une musique…

L’exportation du phénomène[modifier]

C’est en 1989, que le Zouglou, en tant que danse, langage et philosophie, s’exporte de la cité de Yop pour celle d’Abobo. Opokou N’ti, possédant des aptitudes chorégraphiques exceptionnelles, a eu la bénédiction du Créateur Joe Christy pour ‘libérer’(danser) à la cité d’Abobo à la demande des « enseignants » qui les avaient invités pour fraterniser. Quelques semaines plutard, viendra la démonstration du Zouglou en milieu non-estudiantin. C’était donc à la salle des fêtes de Koumassi, au moment où le Ziguehi était une réalité en Cote d’Ivoire, qu’Alain Tahi et Lago Gaston (Commissaire Tricot) ont facilité une démonstration du Zouglou. L’homme de lettre et de culture Alain Tahi (étudiant à l’époque) voulait déjà répandre le phénomène.

Le Zouglou en musique[modifier]

C'est Didier Bile, jeune étudiant pétri de qualités artistiques indéniables, qui fera connaître la le phénomène du zouglou au travers de son œuvre discographique GBOKLÔ KOFFI, à toute la Côte d’Ivoire vers la fin de 1990.

Il faut dire qu'au début des années 1990 alors que les conséquences du discours de la baule consacre une rupture dans les habitudes politiques une nouvelle musique nait en Côte d'Ivoire : c'est le Zouglou. le Zouglou tout comme le "Ziguéhi" ou l'"Agnangnan" rompt également avec les habitudes musicales ivoiriennes. Les artistes Zouglou n'était pas forcément des professionnelles et la vision musicale n'était plus la même. Mais l'impact que le Zouglou aura eu sur le pays reste plus grand et mémorable. La première génération d'artistes zouglou bénéficie plus ou moins des retombées commerciales de leur œuvres mais on est encore loin du compte. La courbe du Zouglou décline avec l'invasion du hip hop, mais revient en force en 1995 avec "les Salopards" (Bouche bée) et 1996 grâce à "Poussins chocs" (Asec vs Kotoko).

En évoluant dans le temps, le Zouglou a créé et proposé de façon successive des pas de danses sans toute fois changer véritablement la forme musicale: Gnakpa, Kpaklo. Mais en réalité aussi bien en Côte d'Ivoire qu'ailleurs le Zouglou souffre d'un problème réel de communication. Bien qu'en 1999 le Zouglou acquiert une notoriété internationale, grâce à Magic system, la question d'une sérieuse promotion du Zouglou reste sans réponse efficace. Autrement c'est moins le Zouglou qui se vend que le seul groupe Magic system presque.

On compte à ce jour plusieurs dizaines de groupes et ou d'artistes Zouglou : Yodé & Siro (meilleur album Zouglou 2009 avec SIGNE ZO, Mèlèkè, Lago Paulin, Khunta & Cisco(Gochinago), Les patrons, Nouveaux dirigeants, Coco Hilaire, Vieux gazère, Oxygène, Espoir 2000, Les garagistes...

Podium[modifier]

Mais c'est bien l'émission Podium qui servira de tremplin majeur au développement de ce genre musical. Ce programme télévisé est un précurseur d'émissions tellesÀ la Recherche de la Nouvelle Staren France ou encore American Idol aux États-Unis à la différence qu'elle mettait en compétition des groupes et non des chanteurs (même s'il existe toutefois des récompenses individuelles). C'est au cours de Podium et de sa séquence Ambiance-facile que la Côte d'Ivoire s'identifiera enfin autour d'une musique véritablement nationale.

Une musique abidjanaise et véritablement ivoirienne[modifier]

Le Zouglou est apparu dans les années 90 comme un genre musical ivoirien innovant et fait par et pour les jeunes. Si jusqu'a cette époque des chanteurs commeBailly Spintoou encoreAlpha Blondybeaucoup plus connus avaient réussi à porter haut les couleurs de la musique ivoirienne, il faut toutefois noter que leurs chansons étaient soient d'inspiration du folklore français pour les uns ou totalement reggae pour les autres. Le rock, avec par exemple Gnahoré Jimmy, à cette époque essayait également de se faire une place. D'autres chansons traditionnelles tiraient également leur épingle du jeu. Mais cette fois, une musique « ivoirienne » était née; Une musique purement issue de l'ensemble culturel ivoirien et Abidjanais.

Ce concept a évolué pour inspirer de nouveaux genres musicaux et danses (Gnakpa,Mapouka,Youssoumbaet plus recemment lecoupé-décalé) promus par la jeunesse.

Artistes majeurs[modifier]

Albums phares et classiques du Zouglou[modifier]

  • Terre des Hommes (koro), Soum Bill
  • Que la lumière soit, Soum Bill
  • Premier Gaou, Magic System, succès mondial
  • Ki dit mié, Magic System
  • Zouglou Dance, Magic System
  • Tapis Rouge, Les Garagistes, considéré comme un classique du Zouglou Ivoirien.
  • Fauteil Presidentiel,Les Garagistes
  • Serie C, Espoir 2000
  • Gloire à Dieu, Espoir 2000
  • Empreinte divine, Les Mercenaires
  • Gohinako, Khunta et sixko
  • Zouglou Tonic, Les Patrons
  • 3eme Jour, Molière

Bibliographie[modifier]

  • Yacouba Konate, Kla Franck, « Génération zouglou », Cahiers d'études africaines, 168, 2002
  • Serges Bruno Porquet, Exrait du quotidienL'Inter, 4 septembre 2009
Tag(s) : #Afrique

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :