Overblog
Editer l'article Suivre ce blog Administration + Créer mon blog

Le Woleu-Ntem est l'une des neuf provinces du Gabon. Son chef-lieu est Oyem qui rassemble, avec les villes de Bitam, Minvoul, Mitzic et Médouneu, la grande majorité des 125 400 habitants de la province (estimation 2002). La forêt équatoriale occupe l'essentiel du territoire de cette région, ce qui explique sa très faible densité de population. Elle est trouée ça et là par quelques routes qui relient les villes principales entre elles et le long desquelles on peut traverser de petits villages isolés. L'est de la province est pratiquement inhabité, sauf par de petits groupes de pygmées semi-nomades, ce qui a facilité la création du parc national de Minkébé.

Il s'agit d'une région peu industrialisée qui produit du cacao et du caoutchouc. Les cultures vivrières et la chasse en forêt fournissent encore une bonne partie de l'alimentation des populations locales.

Les relations sont assez importantes avec la Guinée équatoriale et le Sud du Cameroun, en raison de l'appartenance commune à l'ethnie fang de la majorité de la population, de part et d'autre de la frontière. Dans la vie quotidienne, beaucoup de gens parlent fang, le français étant la langue de l'école et de l'administration. Les échanges avec le Cameroun sont facilités depuis l'inauguration, à Eboro, en 2005, d'un pont sur le fleuve Ntem, frontière naturelle entre les deux pays. Jusqu'à cette date, il fallait traverser en pirogue ou par le bac.

Le Woleu-Ntem est subdivisé en cinq départements.

  • Haut-Como, chef-lieu Médouneu
  • Haut-Ntem, chef-lieu Minvoul
  • Ntem, chef-lieu Bitam
  • Okano, chef-lieu Mitzic
  • Woleu, chef-lieu Oyem
Départements du Woleu-Ntem

Signification du blason : Le fond vert évoque la forêt équatoriale, les cabosses de cacao représentent la culture du cacaoyer, les deux lignes ondulées bleues symbolisent les fleuves Ntem et Woleu qui traversent cette province et lui donnent son nom.

 

Isolés dans la forêt équatoriale, loin des côtes et des premiers établissements coloniaux, les Fangs du Woleu-Ntem n'eurent de contact direct avec des commerçants et explorateurs européens qu'à la fin du XIXe siècle. S'ils acceptèrent facilement d'établir des relations commerciales, les Fangs se montrèrent assez hostiles à la pénétration européenne. Leur pays fut découpé arbitrairement entre la France (Gabon), l'Allemagne (Cameroun) et l'Espagne (Guinée équatoriale) dans les années 1900. La rivalité franco-allemande entraîna plusieurs redécoupages de frontière entre le Gabon et le Cameroun.

La région du Woleu-Ntem fut officiellement créée en 1907. Le premier administrateur colonial, Weber, créa les postes de Oyem, Bitam et Minvoul dans le but de rendre la présence française effective. Une confrérie fang, dite des Binzima, s'y opposa. Simple mouvement de pillards pour les uns, mouvement de résistance à la colonisation pour d'autres, elle réunit de gré ou de force des milliers de Fangs. Les villages ralliés furent initiés, tandis que les villages collaborant avec les Français furent pillés. Oyone Mintsa, du clan Nkodjé, et Ekome Adza, du clan Odzip, furent les principaux chefs Binzima, selon les archives du service historique des troupes de Marine AEF.

Mais la France dut céder le Woleu-Ntem à l'Allemagne en 1912, suite au marchandage franco-allemand sur le Maroc. La Première Guerre mondiale n'épargna pas la région. Des combats eurent lieu en 1914-1915 et le Woleu-Ntem fut définitivement rattaché au Gabon. La guerre, l'occupation française, l'impôt obligatoire et le travail forcé furent la cause de plusieurs années de famine qui réduisirent sensiblement la population.

 

Tag(s) : #Fang - Beti

Partager cet article

Repost0
Pour être informé des derniers articles, inscrivez vous :